Qui sommes-nous ?

Le paludisme est un problème majeur de santé publique et l’une des maladies les plus mortelles dans le monde :

  • 50% de la population mondiale à risque ;
  • 216 millions de cas de paludisme par an ;
  • 445 000 décès par an dont 91% en Afrique ;
  • Le financement de la lutte contre le paludisme a stagné depuis 2010.

Il est inacceptable que ce soient principalement les communautés les plus vulnérables et les plus défavorisées qui continuent à souffrir et à mourir de cette maladie évitable et guérissable. C’est pourquoi la société civile et les communautés ont décidé d’unir leurs forces et de travailler en synergie avec diverses parties prenantes afin d’éliminer plus efficacement le paludisme.

Réseau mondial

Nous sommes un réseau mondial d’organisations de la société civile et de communautés qui contribuons à l’élimination du paludisme et nous nous assurons que les communautés sont au centre des programmes de lutte contre le paludisme.
Convaincus que l’engagement des communautés et de la société civile est un facteur cle de changement dans les interventions sanitaires, nous, représentants des communautés et de la société civile, nous sommes réunis et avons formé le réseau Civil Society for Malaria Elimination (CS4ME), dans le cadre de notre engagement à plaider conjointement pour des programmes paludisme plus efficaces, durables, axés sur les communautes, basés sur les droits, équitables et inclusifs.
A ce stade où le monde dispose des ressources et des outils nécessaires pour prévenir et traiter le paludisme, il est inadmissible que des personnes, principalement issues de communautés pauvres, vulnérables et mal desservies continuent d’être affectées et de mourir du paludisme. Tout en saluant les efforts des gouvernements et de la communauté internationale, y compris les OSC et l’engagement communautaire qui ont rapproché le monde de l’élimination du paludisme, nous appelons à une plus grande responsabilisation, une volonté et une action politique accrue, des investissements suffisants et le sens de l’urgence pour éliminer le paludisme et empêcher sa réintroduction.